Mathieu

 

C’est bon… bon!

Si je compare ma vie à celle des autres enfants de mon âge, je dirais que je gère plutôt bien.
Depuis tout petit, est entré dans ma vie, un copain répondant au doux prénom de : SUCRE.
Il peut être blanc, brut, en version fructose ou glucose… et j’en passe!

Je me lève le matin en y pensant.

Je me couche le soir en y pensant.

La gestion de mes jours et de mes nuits est une astreinte de toutes les deux heures maximum.
Il y a quelques années, mes parents étaient omniprésents. Ma santé pouvait se dégrader d’un moment à l’autre.

Aujourd’hui, je suis un petit gars hyper connecté; cela ferait peur à bien des parents mais je vous avoue que les miens sont soulagés. J’ai différents capteurs sur le corps que vous ne voyez pas. Ils m’aident à gérer mon copain parfois très capricieux!!!

Je suis diabétique depuis de nombreuses années. En fait, je n’ai pas l’impression d’avoir eu, un jour, une autre vie!

C’est une maladie très connue et pourtant, je trouve que les personnes manquent d’informations.
Le sucre se trouve partout. A l’heure actuelle, il est considéré comme toxique et plusieurs expériences scientifiques le prouvent.

Doté d’une maturité détonante, me piquer les bouts des doigts comme à l’ancienne m’a rapidement déplu.

Non! Clairement j’ai préféré, avec l’appui de mes parents, les dernières technologies.

Une fois mon POD changé, il est chargé de plusieurs réserves d’insuline pour trois jours. Sa pose est parfois douloureuse parce que l’aiguille est longue. A moi de définir où je vais le mettre. En été, dans mon dos, en hiver ( je skie beaucoup) la protection dorsale me dérange donc je le pose sur ma cuisse.

Mon POD est relié à un capteur qui lui-même est relié à une lecteur. Entre dix à quinze fois par jour, je scanne mon capteur qui va me dire si je reste dans les normes qui sont les miennes.

Si mon copain «LE SUCRE» valse à la hausse ou à la baisse trop vite dans mon sang, je teste avec le lecteur. Je suis capable de régler mes doses d’insuline pour me sortir de toutes les situations. A la maison, à l’école, avec mes copains, au sport, sur les pistes de ski… Toutes ces connections m’aident beaucoup dans mon quotidien.

Comme tous les enfants du monde, la nuit, je dors… Tout simplement!

Mes parents se lèvent la nuit pour contrôler mes niveaux. Mon copain «LE SUCRE» ne termine jamais sa valse dans mon sang. Moka  mon chien et ami, sera peut-être un jour capable de m’aider aussi.

Tout m’intéresse et particulièrement le chant. Aucune contrainte, pour décider moi-même, de faire valser les notes de musique où que je sois.

La musique, le Regard attentif de Moka, mais surtout l’Amour de mes parents me portent et je m’envole, entre chaque changement d’aiguille, dans un monde qui est le mien et que j’accepte … mais la frustration de ne pas pouvoir manger de bons bonbons est difficile !

 

 

TOLERANCE – AMOUR – SOLIDARTE – RESPECT

Bien à vous
Stéphanie